Thés, infusions et café.

« On boit le thé pour oublier le bruit du monde » Lu Yu. Le thé et les infusions sont tout simplement un mode de préparation de tisane, qui consiste à verser de l'eau chaude sur le matériel végétal, puis à le laisser tremper pendant quelques minutes. Dammann Frères, que nous distribuons exclusivement, est la plus importante et la plus ancienne s...

« On boit le thé pour oublier le bruit du monde » Lu Yu. Le thé et les infusions sont tout simplement un mode de préparation de tisane, qui consiste à verser de l'eau chaude sur le matériel végétal, puis à le laisser tremper pendant quelques minutes. Dammann Frères, que nous distribuons exclusivement, est la plus importante et la plus ancienne société française de thé. Découvrez notre large choix exceptionnel venus du monde entier.

Détails

Thés, infusions et café.  Il y a 155 produits.

Sous-catégories

  • Thés verts
    Un thé vert (en sinogrammes simplifiés : 绿茶 ; en sinogrammes traditionnels : 綠茶 ; en pinyin : lǜchá) est un thé peu oxydé lors de sa fabrication. Ce type de thé est très populaire en Chine et au Japon, où il est réputé avoir les propriétés thérapeutiques les plus efficaces. Il se répand de plus en plus en Occident, où traditionnellement on boit plutôt du thé noir. Il est aussi l'ingrédient de base du thé à la menthe. Après la cueillette, les feuilles du théier sont flétries, puis roulées pour extraire les sucs, puis chauffées afin de neutraliser l'enzyme responsable de l'oxydation. Elles subissent enfin un séchage final. Le chauffage s'effectue selon deux méthodes principales : la méthode chinoise utilise des bassines de cuivre placées sur le feu, alors que les Japonais passent les feuilles à travers des jets de vapeur. Qu'ils soient chinois ou japonais, les thés verts ont en commun d'être préparés avec une eau peu chaude (70 °C). Certains thés de grande qualité se préparent même avec une eau à 50 °C. On préfère utiliser une théière ou un zhōng.
  • Thés noirs
    Un thé noir, ou anglo-indien, est un thé qui a subi une oxydation complète. La plupart des thés consommés en Occident sont des thés noirs, fabriqués selon le procédé « orthodoxe » ou le procédé « CTC », deux modes de fabrication mis au point par les Anglais au xixe siècle. La fabrication du thé noir se fait en cinq étapes : le flétrissage, le roulage, la fermentation, la torréfaction et le triage. Cette dernière opération permet de différencier les différents grades. Alors qu'un thé vert perdra de sa fraîcheur après 12 à 18 mois, un thé noir peut se conserver plusieurs années sans perdre sa saveur. Il est donc plus facilement transportable et commercialisable. Ces raisons ont fait longtemps préférer ce thé en Occident. Le thé noir est plus tannique et contient davantage de caféine que les thés verts ou oolongs. Ces thés sont nommés thés rouges dans le monde chinois (à ne pas confondre avec l'infusion de rooibos, parfois appelé aussi « thé rouge »). Une eau frémissante et/ minute d'infusions sont préconisées. Bon voyage !
  • Thés blancs
    Le thé blanc est les jeunes feuilles cueillies avec les bourgeons, puis séchées au soleil et enfin à l'ombre (ou encore torréfiées par vapeur). La différence avec le thé vert consiste donc en l'absence de flétrissage, de torréfaction et de roulage. Les feuilles de thé blanc conservent donc beaucoup de propriétés des feuilles fraîches du thé. Elles ont également une densité très faible, par rapport à des feuilles roulées — ou, à l'extrême, à du thé compressé. Le thé blanc demande une infusion assez longue (jusqu'à 20 minutes) avec une eau de source entre 60 et 70 degrés Celsius. La meilleure façon de le préparer et de le déguster est d'utiliser un zhōng, tasse de porcelaine munie d'un couvercle, traditionnellement utilisée en Chine. Il s'agit d'un thé frais souvent utilisé en Chine en été pour se désaltérer.
  • Infusions-Tisanes
    Les tisanes sont réputées pour avoir de nombreuses vertus depuis la nuit des temps. Au delà des considérations médicinales, elles sont avant tout des boissons que l'ont consomment et apprécient pour leurs saveurs variées, insolites ou plus communes. Plante aromatique unique ou plantes mêlées en cocktail, rooibos d'Afrique du Sud, Maté d'Argentine ou encore Carcadets et infusions de fruits, toutes ces plantes sont autant de prétexte au plaisir de la préparation de boissons chaudes ou froides, à consommer par tous, à tous moments de la journée et en toutes saisons.
  • Thés sombres

    Nommé "thé sombre" en Occident et "thé noir" en Orient, en raiso de leurs feuilles qui tournent à l'infusion au noir profod, ces thés sont avant out connus grâce au célèbre Pu-Erh, manufacturés exclusivement dans la province chinoise de Yunnnan. L'appellation Pu-Erh provient d'un nom 'un village du sud du Yunnan, situé sur la route de la soie, et qui étais autrefois une plate-forme de commerce entre le gouvernement chinois et les tribus aborigènes du Yunnan. Ces thés se distinguent par leur parfum surprenant de terre humide et leurs notes minérales, résultat d'une post fermentation, et par le fait que ce sont des thés de garde. Affinés en cave, ils se bonifient avec le temps. Une eau frémissante et une infusion de 3/5 minutes sont préconisées. Bon voyage !

  • Thés Oolong

    Ces grands thé tirent leurs noms du chinois "Wu long" qui signifie "Dragon noir" et qui symbolise l'autorité et la noblesse. Les plus connus à travers le monde sont ceux produits sur l’île de Formose (Taïwan) mais ils trouvent leurs origines dans le Fujian. Appelés "semi fermentés", "semi oxydés", ou encore "thé bleu vert", ils sont à mi chemin entre thé vert et thé nor. Ils allient la saveur tonifiante du premier et la douceur du second. En résulte une immense palette aromatique. Un voyage ui ne cessera de vous surprendre.

  • Cafés

    Probablement originaire d’Ethiopie, le café a été cultivé pour la première fois au Yémen.
    C’est au XVe siècle que des moines auraient commencé à consommer du café dans le but d’avoir l’esprit clair et éveillé. Il existe plusieurs légendes sur la découverte du café. L’une d’elle relate l’histoire d’un berger dont les chèvres auraient consommé les fruits du caféier. Ces dernières auraient alors gagné en tonus et en vivacité, intrigant ainsi Kaldi le berger.

    Au XVe siècle, les pèlerins musulmans introduisent le café appelé alors K’hawah qui signifie revigorant. Des lieux de convivialité nommés « maisons du café » fleurissent peu à peu. On y joue et on y déguste du café.
    C’est en 1600 que les Vénitiens introduisent le café en Europe. Très consommé à Venise, il est cependant sujet à polémique et certains conseillers du Pape lui demandent de l’interdire. Mais après l’avoir goûté et apprécié, Clément VIII décide de le rebaptiser et de démocratiser sa consommation, tous les moines se mettent alors à en consommer. Vers 1650, l’Angleterre se met à importer du café et les premiers cafés font leur apparition. Les intellectuels s’y retrouvent pour philosopher autour d’un « petit noir ».
    C’est en 1672 que le premier café parisien voit le jour, un établissement fondé par un Arménien. En 1689, Boston est la première ville américaine à ouvrir un café. Peu à peu, au fil des siècles, la consommation du café s’est étendue au monde entier pour devenir un acte quotidien

par page
Résultats 1 - 6 sur 155.
Résultats 1 - 6 sur 155.